« Le 3e plan Autisme est prêt » mais pas dévoilé…

Le 3e plan Autisme devait être dévoilé le 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l'autisme,  Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, l’avait annoncé à plusieurs reprises et c’est la déception et la colère pour les familles et associations concernées qui l’attendaient avec impatience : « Je l’ai remis à la Ministre des affaires sociales et de la santé ainsi qu’au Premier ministre. » Il « nécessite quelques ajustements »,  et sera détaillé devant le Comité national autisme (CNA), mais sans date. Cependant, invitée le 2 avril au diner de gala de l’association Autistes sans frontières, elle en a présenté les grandes lignes après avoir souligné à plusieurs reprises « le retard de la France dans la prise en charge de l’autisme » qui touche plus de 400 000 personnes en France.

« Il conviendra désormais de systématiser le recours à un ensemble de méthodes notamment comportementales et développementales pour favoriser l’insertion des personnes autistes dans la société.» S’appuyant sur les recommandations de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) et de la Haute autorité de santé (HAS),  le plan « très concret » s’articule autour de cinq axes : diagnostiquer et intervenir précocement grâce au déploiement d’un réseau de repérage, de diagnostic et d’interventions précoces, en s’appuyant notamment sur les Centres ressources autisme (CRA) ; accompagner de la personne tout au long de la vie, avec l’augmentation et la diversification des modes d’accueil et d’accompagnement ; soutenir les familles en leur offrant des solutions de répit et la création de petites unités d’accueil temporaire ; poursuivre les efforts de recherche ; former l’ensemble des acteurs : professionnels de santé, travailleurs sociaux, enseignants.

Le 2 avril, Marie-Arlette Carlotti a donné une interview au Figaro : "Donner un maximum de chances à tous les enfants autistes".

Le 3 avril, la ministre a répondu à la question de Martine Pinville, député, à l'Assemblée nationale.

Des solutions existent

La Ministre a souligné que le plan a été élaboré « dans la concertation » par des associations, chercheurs, professionnels et parlementaires autour de Martine Pinville, député qui préside le CNA, et d’Agnès Marie-Egyptienne, secrétaire générale du Comité interministériel du handicap. Toutes deux avaient accompagné Marie-Arlette Carlotti lors d’un voyage d’étude sur l’autisme en Belgique et à Arras « montr(ant) que des solutions existent et que ça marche. » Au programme visite du centre résidentiel pour adultes autistes Les Aubépines avec la ministre de la santé du gouvernement wallon, Eliane Tillieux, de l’école fondamentale Schaller, avec la ministre de l’enseignement Marie-Dominique Simonet, entretien avec Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne, présentation du Service universitaire spécialisé pour personnes avec autisme (Susa) à Mons en Belgique, puis à Arras, visite de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées)  et du Sessad (Service d'éducation et de soins spécialisés à domicile) Pinocchio et rencontres bouleversantes avec des familles.

 

Autisme, Politique du handicap, Permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>